18 février 2009

COMPTE RENDU DE L'AG ETUDIANTE DU 17 FEVRIER

I- Etat de la mobilisation (bilan coord., actions Michelet)

II- Revendications

III- Perspectives

67 personnes/ 74 pers.

Tribune : Quentin, Mathilde et Benjamin

I- Etat de la mobilisation

Bilan de la coord. Nationale à Rennes II ce WE

60 délégations. Tour des villes et des revendications.

D’une manière générale la mobilisation a paru fragile. L’UNEF majo était largement représentée, il faut considérer qu’ils ont un rôle mobilisateur important.

Les revendications sont présentes au sein de l’appel.16 revendications ont été votées.

La coord s’est prononcée pour abrogation LRU, retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et de celui sur le contrat doctoral, recrutement massif, allocation de moyens et statut social étudiant.

Amplifier le mouvement et rendre la grève effective.

Prochaine coord. : Angers 28fév.- 1mars

Bilan des actions à Michelet

M. Van Stael, prof Paris IV, grève reconduite depuis vendredi dernier. Mais tous les profs ne sont pas grévistes, majorité quand même (40 présents, 2 contre). Tous les enseignants n’étaient pas présents et donc ils ne peuvent pas se prononcer pour tous le corps. Les enseignants reçoivent les étudiants à chaque cours pour présenter bibliographies et expliquer le mouvement à l’exception des moments banalisés pour les AG ou manifestations.

Etudiante de Paris I regrette que les informations ne soient pas claires et que certains profs fassent cours, d’autres des débats. La grève active qui a été reconduite ne semble pas suivie par les professeurs.

AG des profs à Paris I lundi 16. La grève illimitée a été reconduite (seule opposition : 5 étudiantes). Principe de grève active. Reconduite, la semaine prochaine, actions plus ciblées prévues.

Bilan du comité de mob’ sur Tolbiac et la Sorbonne

Jeudi AG à Tolbiac qui a voté la grève avec débats et conférences, les étudiants n’ont pas d’actions propres. Manifestation prévue le 19.

Julien, président AGEPS, remarque une interrogation de la part des étudiants sur la grève active. Récapitulatif des différents centres de Paris IV. Les profs sont théoriquement massivement grévistes. Certains ne font pas cours ou tiennent une permanence, font des cours exceptionnels. Certains profs se déclarent grévistes mais ne le sont pas. Certains IATOSS font grève aussi. L’exemple que ça donne c’est un flou généralisé. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes dans une lutte unitaire avec tous les membres de la communiqué universitaire, enseignants, IATOSS, étudiants. Il appartient à l’intégralité de la communauté universitaire de remplir de sens cette grève active : rentrer dans comités de mob, participer aux manif et actions, soutenir les profs.

Comité de mobilisation : peu d’actions car peu de personnes.

Hélène, M2 histoire du cinéma. Comité de mob créé vendredi. Les tracts ont été imprimés et distribués. Une commission cinéma a été organisée : projection d’un reportage sur le CPE. En Cinéma, aucun prof ne fait cours. Le pb n’est pas de savoir qui fait cours ou pas mais il faut passer les messages.

M. Van Stael voudrait poursuivre sur les propos de Julien. Le gros problème est l’image. Ils se déclarent grévistes et tiennent des permanence. C’est un choix pour sensibiliser les étudiants en leur expliquant la réforme (1ere semaine), la 2e semaine, ils parlent des pb des ces réformes et donnent des indications sur le déroulement de la suite : biblio distribuée, Moodle, articles à lire, etc. pour ne pas pénaliser les étudiants et leur permettre de travailler. D’autres formes d’actions ont été pensées : actions à 15h place du Panthéon le mardi 16 : cours en plein air : être visibles et utiles.

II- Revendications et perspectives

Josselin : 2 points. Enseignants ont besoin des étudiants pour faire peser la balance. Mais certains font cours. Il faudrait demander aux professeurs une garantie pour ne pas être pénaliser pour être en grève. On demande retrait de la LRU mais c’est un mouvement qui a déjà eu lieu donc pour plus de pragmatisme, il faudrait être plus modeste et retirer cette revendication.

Victor. Mobilisation a caractère exceptionnel car elle a commencé par les enseignants. Le mouvement étudiant est à peine naissance et il n’est pas là uniquement pour soutenir les profs. Pour lui, c’est prétentieux de parler de mouvement unitaire, pour l’instant, on n’y est pas encore, pas mêmes revendications. Il faut d’abord commencer la mobilisation étudiante. Actions prévues en comité de mob’, peuvent être faites avec les profs aussi (débats sur films, etc.). Certes, il ne faut pas demander tout et n’importe quoi, revendications ont été limitées à 16 points à la coord. Ca montre une position général vis-à-vis des réformes gouvernementales : contre la casse du service public d’éducation, de la maternelle à l’enseignement sup. Désir d’avoir un comité de mob’ plus puissant à la sortie de l’AG pour que les étudiants aient un rôle à jouer dans la mob’. Grève active très étrange car compliqué et peu clair pour les étudiants. Les étudiants doivent donc se mettre en grève pour convaincre les étudiants de l’importance du mouvement et de se mettre en grève. On doit pas se battre pour les profs mais on doit tous se battre ensemble pour défendre l’éducation.

Aurélia. Il faut un mouvement qui nous soit propre certes mais si on est pas là pour soutenir les profs dans leurs actions et cours alternatifs, ça n’a pas forcément d’intérêt. Il faut faire remonter les propositions de cours alternatifs aux professeurs. Il faut plus d’échange entre les deux. Le panneau d’info dans le hall n’est pas uniquement à destination des étudiants. Il y a peu d’informations mais beaucoup de questions.

 

Julien. A ceux qui pensent que nous sommes en face d’un mouvement ‘malhonnête » de la part des profs. Les profs ne nous prennent pas en otage, ils n’ont pas besoin de nous particulièrement. Il faut garder à l’esprit que c’est une attaque globale contre l’université. C’est tout le monde qui est en danger. Les IATOSS (administratifs) ne sont pas massivement en grève, même s’ils nous soutiennent, c’est parce que c’est décompté de leur salaire. Au milieu des revendications de la coord., on s’est senti obligé de réaffirmé l’essence même de l’école de la république (gratuite, ouverte à tous, etc.). La casse de l’enseignement, la précarisation du métier d’enseignant et de l’étudiant est une attaque globale. On a tous un tronc commun de revendications. Même si on est pas concernés par le CAPES en histoire de l’art ou si on ne veut pas devenir professeurs, c’est l’école du futur qui est cassée, celle de nos enfants (45 par classe, etc.). Le mouvement n’est pas balbutiant, depuis octobre à Paris 4 des motions sont votées en centraux, on informe les étudiants des réformes, etc.

Adrien. Etonné par le caractère malhonnête du mouvement enseignant. Il suffit aussi de les contacter pour savoir. Etonné aussi que l’on dise qu’il n’y a que le statut des enseignants chercheurs et pas de revendications étudiantes. Il y a le contrat doctorant qui est très important. Fin des ATER, des post-doct., tous le premiers échelons des chercheurs sont mis à mal. La réforme des concours frise la malhonnêteté intellectuelle. Avenir des profs dans les IUFM est plus qu’incertain, flou artistique. On est toujours dans la logique de la LRU en tronçonnant les statuts un à un.

Fabien. Regrette qu’il n’y ait aucun enseignant de Paris I présent. Clivage Paris I-Paris IV très dommageable. Il faut se mettre rapidement en relation pour faire des intersyndicales entre les deux facs.Il faut que le comité de mobilisation fasse’ tout pour inciter les profs à venir en AG et faire des AG communes. Ca n’a aucun sens de se séparer. On a beau avoir nos revendications, les profs ont en parti les mêmes. On peut se regrouper pour faire nos activités en commission mais il ne faut pas diviser nos AG : perte de temps et d’énergie.

Victor. On est tous d’accord. Les réformes actuelles concernent la question de l’éducation, c’est une question de société. Il n’y a pas vraiment de débats, on doit tous se battre contre ces réformes. Il faut qu’il y ait un mouvement unitaire mais on n’en est pas là… A terme oui, mais pas maitenant. On pourra se permettre cela quand les AG étudiantes seront plus nombreuses et que le comité de mob’ sera plus puissant. Propositions : rejoindre le comité de mob’, mise en place comité de grève et barrage filtrant jusqu’à la prochaine AG. Prochaine AG jeudi Paris I et Paris IV commune prof, IATOSS et étudiant.

Julien. Il y a les coordinations nationales. Il faut parler de ces AG, il faut être plus nombreux. RAppelons que la moitié des universités françaises sont mobilisées, les profs sont en grève, tous bords confondus. Il ne faut pas se poser la question, c’est un mouvement historique. Le découragement étudiant c’est la mort du mouvement et c’est donner au ministère l’opportunité de grappiller des miellettes. Plus on est nombreux, plus on sait ce qu’il se passe, plus on sait ce qu’il se passe, plus on est nombreux.

Camille. Comité d’action Paris I. Hier AG Paris I avec votes d’actions. Se rassembler dans Beaubourg, filmer AG, etc.

Adrien. Il ne faut pas attendre d’être nombreux pour décider sinon, on peut attendre longtemps. Les enseignants se réunissent en AG, toutes facs confondues en Sorbonne. Le pb est aussi l’éclatement des centres à la fois pour Paris I et Paris IV. Soit on fait un mouvement par centre avec piquets de grève soit on fait de grandes assemblées générales mais cela a déjà lieu en Sorbonne. Modalités d’action, manif et AG de jeudi, panneau d’info dans le hall permet la visibilité du mouvement. La question à se poser est maintenant : que fait-on ? Blocage du centre ? Il faut trouver des formes nouvelles et pas uniquement la traditionnelle AG avant la manif.

Vincent. Pb technique : l’administration de Paris I est en grève à Michelet. On pourrait leur demander d’envoyer un mail à tous les étudiants pour leur proposer d’envoyer un mail à tt le monde pour inviter les étudiants aux AG.

Victor. La mobilisation ne se fait pas par l’envoi de centaines de mail. Le plus important à venir est la journée de jeudi. Objectif concret : ramener le plus de monde possible : on n’a plus que 2 jours pour le faire : comité de mob ; tract à differ demain et convaincre les gens à se mobiliser pour l’AG et la manif de jeudi. Pdt le CPE, de nombreuses actions ont été proposées mais c’était après 2 mois de mobilisation.

Fabien. Ag plutôt vendredi ou mardi que jeudi. On n’aura rien de plus à dire.

Victor. L’AG jeudi permettra d’organiser la manif, être visible, etc. Repousser l’AG à la semaine prochaine risque de ralentir le mouvement. Prop. Principe de grève.

Julien. Piquet de grève un jour de manif perd un peu de sens.

Piquet de grève : tous les jours jusqu’à la prochaine AG. Table dans le hall, informer les étudiants. Ce n’est pas le blocage. La question de blocage ne se pose pas, on est que 60 en AG.

 

Votes :

- Principe de grève accepté.

- Barrage filtrant ajourné

- Piquets de grève accepté

- Date prochaine AG : jeudi = 10 / vendredi : 27 / mardi rejetté.

La prochaine AG aura lieu VENDREDI à 11h

 

Rassemblement pour départ à la manifestation jeudi à 13h.

Posté par MicheletMob à 04:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur COMPTE RENDU DE L'AG ETUDIANTE DU 17 FEVRIER

Nouveau commentaire